Justice : Attention danger

Monsieur le Président, Ça suffit !

Il y a maintenant un an j’écrivais : JUSTICE : ATTENTION DANGER, en citant les coups portés par le Président Sarkozy au pouvoir judiciaire :

– La suppression d’un grand nombre de tribunaux : nous voyons aujourd’hui les conséquences de ces fermetures sur les difficultés rencontrées par les justifiables

– L’augmentation injustifiée des peines de prison à titre préventif alors même que l’ordre public ou la bonne instruction du dossier ne sont pas menacés : Cet état de fait persiste toujours.

– L’explosion des mises en garde à vue dans des conditions détestables (nous attendons toujours la réforme annoncée).

– Sans oublier la tentative de suppression de la fonction de juge d’instruction afin de faire tomber la séparation des pouvoirs, pilier dans notre dispositif constitutionnel.

Et que s’est-il passé durant les douze derniers mois ?

 

Saisissant toutes les opportunités qui lui permettent entre autre de « caresser dans le sens du poil » les électeurs du Front National, N Sarkozy a multiplié les déclarations intempestives. Citons par exemple l’introduction de jurys populaires dans les tribunaux correctionnels.

Et puis, certainement pour fêter la nouvelle année, il s’appuie sur un abominable assassinat, pour une fois de plus, fustiger la magistrature sans attendre les conclusions des services d’instruction qui ont été mandatés, partant du principe que l’arsenal des très nombreuses lois prises depuis deux ou trois ans doit offrir toutes les assurances en matière en particulier de lutte contre la récidive. Bien entendu il ne pas question de prétendre que tout peut être ramené à une question de moyens ; il n’en reste pas moins que l’absence criante de moyens (nous nous situerions au 37° rang européen en ce qui concerne le budget consacré à la justice) peut parfois vouer à l’échec certaines mesures.

Bien que le peu de considération du président pour les principes fondamentaux du droit français soit maintenant avéré, nous nous voyons devons de lui rappeler que le principe est la présomption d’innocence et non pas la présomption de culpabilité…..

 

Alors Monsieur le Président de la République vous qui devez du fait de la constitution française garantir l’indépendance des pouvoirs, nous vous disons : oui, ça suffit

 

 

 

 

 

RT

Ecrit par

Aucun commentaire encore.

Répondre

Message

*