Réforme des collectivités : La version du Parisien

Un petit exercice de style pour vous montrer les variations d’un journal à un autre sur une même information. Merci de consulter également les versions du Figaro et celle de l’AFP.


Le Parisien Vendredi 16 Janvier 2009

PARIS

Ile-de-France


La gauche dit non à toute réforme


ON NE CHANGE (presque) rien. C’est le message qu’ont voulu faire collectivement passer hier les présidents des six conseils généraux de gauche d’Île-de-France ainsi que le président (PS) du conseil régional, Jean-Paul Huchon, à l’issue de leur audition par la commission Balladur sur la réforme territoriale.

Le «millefeuille administratif français » (communes, départements, régions …), dénoncé par le président de la République, dispendieux et inefficace ? Une vue de l’esprit. « Nous avons moins besoin de réformes administratives que de moyens en provenance de l’Etat et de péréquation fiscale », estime Claude Bartolone, le président de la Seine-Saint-Denis. « La coopération entre la région et les départements d’Ile-de- France se passe sans friction », insiste Jean-Paul Huchon.

A propos de l’hypothèse d’un grand Paris qui engloberait la petite couronne, Anne Hidalgo, adjointe au maire de Paris, considère « qu’on ne doit pas recréer des frontières entre grande et petite couronne, ce n’est plus pertinent et c’est même stupide ». Elle a défendu avec ses collègues le tout nouveau syndicat de communes Paris Métropole. Selon les élus de gauche rassemblés hier, les deux présidents de conseils généraux de droite d’Ile-de- France (Yvelines et Hauts-de- Seine) ont défendu des idées voisines des leurs devant la commission Balladur. Vincent Eblé, le président (PS) du conseil général de Seine-et-Marne a mis en garde contre le risque de créer une collectivité de trop grande taille, un « mammouth difficile à piloter ». « En pleine crise, l’urgence était-elle à cette réforme ? » s’est demandé Christian Favier (PC, Val-de-Marne). « Si la finalité de tout ça est de modifier le mode de scrutin, ont rappelé en chœur les présidents, nous ne suivrons pas. » Seine-et-Marne, Essonne, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Val d’Oise, Paris.

J.-P.V.

Ecrit par