Au delà des idées, quelles réalités pour l’éco-quartier?

Le concept de mutualisation a été la star de la réunion publique du 14 septembre 2015 sur le projet d’éco-quartier dans le quartier de l’Arsenal. Ce mot magique suffirait à réaliser des économies d’espace et à inciter au partage des lieux : par exemple, on ‘mutualisera’ les locaux-vélos ou les places de stationnement. L’intention est louable, mais le concept cache mal les difficultés budgétaires du projet, qui n’en est qu’aux prémices. Et on court le risque de déboucher sur une surutilisation désordonnée des lieux et services, où c’est souvent l’usager le moins en mesure de se défendre qui en pâtit le plus.

Dans le même esprit, le vocable de partage a été privilégié pour la forme et la destination des espaces verts. Les réponses sont vagues quand sont abordées les questions concrètes en matière de jardins : familiaux, éducatifs, thématiques… L’Idée est celle d’espaces partagés par des habitants ‘responsables’. A nouveau, l’option paraît vertueuse. Mais, comme toujours, le diable est dans les détails. Sous quels auspices ? Avec quelle responsabilité publique ?

La géothermie est évoquée pour les nécessaires ressources énergétiques… mais on se tournera vers le bois ou le gaz s’il faut creuser trop profondément. Le risque est donc grand que la géothermie soit trop chère. Sur le principe, pourquoi pas le bois ? Sauf que cette ressource suppose la circulation d’une noria de camions en pleine ville pour l’amener à la chaufferie (à partir d’où ?), puis pour en évacuer les cendres. Alors le gaz ? Mais alors quid de nos objectifs d’utilisation d’énergies renouvelables ?

Transports : la gare Rueil-Mt Valérien (place du 8 mai) était prévue pour 2025, mais le projet Grand Paris Express a déjà pris du retard. De toute façon, le secteur de l’éco-quartier serait largement bâti bien avant cette date. Il est prévu de développer les circulations douces, ce qui est une excellente chose, mais d’un impact limité. Quid des transports en commun, bien plus essentiels ?

En définitive, quelles réalités derrière les mots ? Et, in fine, quel bilan économique et environnemental ?

 

Tribune libre des élus PS de Rueil-Malmaison parue dans Rueil info d’Octobre 2015

Ecrit par

Aucun commentaire encore.

Répondre

Message

*