Agenda 21, enquête ou opération de pub?

AGENDA 21

Quel Développement Durable

                                      Pour Rueil Malmaison

 

VERITABLE ENQUETE OU OPERATION DE PUB ?

 

Dans le cadre de l’Agenda 21, la ville lance une grande enquête sur le Développement Durable à Rueil en mettant en place une opération qui a essentiellement pour but de mettre en avant des réalisations qui pour certaines ne sont en rien ambitieuses et qui pour d’autres ne font qu’ébaucher la mise en place des revendications des Rueillois que nos élus réclamaient depuis longtemps.

Il est donc important de préciser ce qui a été fait mais aussi ce qui reste à faire pour que nous puissions parler «  ….d’une politique ambitieuse de développement durable… ».

 

Parlons de la lutte contre le changement climatique :

– Les aménagements de pistes cyclables à Rueil consistent le plus souvent à faire partager aux cyclistes soit le trottoir- au détriment des piétons- soit la chaussée- à l’avantage de la voiture. L’usage du vélo requiert la création de véritables voies réservées au moins sur les axes les plus fréquentés : Doit mieux faire

– Le contrat de performance énergétique ne concerne que deux bâtiments publics pour l’instant. Or les économies ne seront vraiment sensibles que si un grand nombre d’équipements est concerné et si les automatismes proviennent aussi des gestes de bon sens du public ; mais le dispositif a été différé faute de moyens : Reste à mettre en application

– Les transports en commun (TC) devraient représenter un chantier prioritaire.

Cependant, le quartier du Plateau reste mal desservi après 21h30. Le bus mobilien Nord/Sud (rapide et à fréquence élevée) n’est toujours pas mis en service.

Sur la RD913, le projet de tramway est pour l’instant ajourné. Un TC en site propre, le TZen , rapide et fréquent, est proposé en remplacement par la Région, mais la Ville n’en veut pas et réclame maintenant un tramway qu’elle a soutenu très mollement jusqu’ici : Et pendant ce temps les habitants du plateau attendent.

A quoi ont servi les préconisations du cabinet d’expert Le Gal mandaté par la commune il y a quelques années ? On n’en voit guère les applications.

Au Conseil du 22 octobre, la Majorité municipale s’est prononcée contre le PDUIF (plan de déplacements en Ile de France) présenté par la Région pour des raisons partisanes au détriment de l’intérêt de Rueil-Malmaison.

Abordons la Protection de l’environnement :

– Préservation de la biodiversité : l’avenue de Versailles ouverte à la circulation dans la traversée du Bois de St Cucufa est une menace pour la survie du Bois. Une « politique de l’arbre » sur l’ensemble du territoire urbain pourrait être utilement étudiée.

– Le plan d’eau envisagé aux Closeaux est une opération onéreuse qui peut paraître superflue au plan de l’écologie. Des installations à coût plus modeste telles que aires de jeux ou parcours sportifs profiteraient autant aux Ruellois : L’endettement de la ville ne permet pas la réalisation de ce projet.

S’agissant du Cadre de vie :

– Meilleure répartition des logements sociaux et mixité sociale : la préservation à tout prix des secteurs pavillonnaires proclamée par la Ville va à l’encontre de cet objectif affiché. L’habitat collectif reste concentré sur trois quartiers. Certes, la réalisation de l’éco-quartier prévu sur le Plateau (terrains Renault) se justifie pleinement à proximité de la future gare, obtenue grâce à la mobilisation des élus d’opposition à Rueil et de la population, néanmoins, il faudra veiller à ce que densification ne rime pas avec brutale concentration. Quant aux logements-passerelle, ce sont les grands absents du parc social ruellois. Fort heureusement les obligations du Plan Local de l’Habitat vont contraindre la Ville à y remédier ! Confirmation que la mixité sociale n’est pas une priorité de la majorité municipale

– L’aménagement-embellissement de Buzenval accuse un retard de deux ans.

Propositions :

 

– L’effort doit porter sur les différents moyens d’agrandir le parc social. Il faut lancer une nouvelle OPAH (opération programmée d’amélioration de l’habitat) de plus grande ampleur. L’habitat indigne subsiste même en plein centre. Il est urgent d’imposer les rénovations nécessaires.

– Transports : la Ville doit accélérer l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan de déplacement au niveau de la Communauté d’Agglomération du Mont-Valérien (CAMV).

– L’insertion, en particulier des Jeunes : les chantiers d’insertion se limitent à deux opérations pour l’instant. Le Développement Durable offre des possibilités nouvelles.

– Préservation de l’environnement et des ressources : la récolte de DEEE (déchets électroniques) et leur valorisation serait utilement confiée à une entreprise de l’économie sociale et solidaire. Utile également et pertinente, la création d’une Agence Locale de l’Energie au niveau de la CAMV pour conseiller professionnels et particuliers.

– La cohésion sociale passe par des efforts favorisant la mixité sociale et une meilleure utilisation de l’espace public qui ne doit pas être seulement dédié à l’échange commercial.

– L’accessibilité des bâtiments publics aux personnes en situation de handicap : le respect du minimum légal est-il suffisant ? Il y a un déficit certain de logements aménagés pour les personnes en situation de handicap.

 

En conclusion

Si l’Agenda 21 a permis à la Ville de progresser dans le domaine du Développement Durable, si un certain nombre de réalisations ont pu être menées à bien : l’Epicerie Sociale par exemple (remarquons cependant qu’elle ne vit que grâce à la générosité des Rueillois), des efforts importants restent à réaliser.

 

Ecrit par

Aucun commentaire encore.

Répondre

Message

*