Vers une fracture territoriale de Rueil

Brève socialiste pour Rueil No. 1

Conseil Municipal du 6 juillet 2017

 

 

La dernière version du Plan Local d’Urbanisme (PLU) renforce la fracture territoriale de Rueil. Elle protège de toute densification des zones pavillonnaires préservées, moins desservies en transports et plus végétalisées et concentre la majorité des nouvelles constructions dans des zones à forte densité et relativement bétonnées. Il est normal qu’une ville possède des zones plus ou moins urbanisées, mais le nouveau PLU accentue excessivement ces différences et empêche l’existence de véritables transitions. L’effort de densification devrait être un peu mieux réparti, et non pas soutenu par les seules zones déjà très peuplées.

C’est pourquoi j’ai voté contre le PLU lorsqu’il a été présenté le 29 juin dernier au conseil de territoire de Paris Ouest La Défense.

Le Conseil Municipal du 6 juillet 2017 a été l’occasion d’illustrer, une fois de plus, cet excès de la majorité municipale. Il était question de la vente d’un terrain en 2 lots rue du Prince Eugène, de 1064 et 1082 m2. Suite à un appel d’offre (j’étais à l’ouverture des plis), la majorité a accordé le premier lot pour la somme de 950 000 € alors qu’une autre offre avait été faite pour la somme de 1 065 000 €. Elle a motivé ce choix en soulignant le fait que l’offre plus intéressante prévoyait l’installation de 3 familles et risquait de dénaturer l’environnement du quartier !! Précisons qu’il s’agissait d’une construction de moins de 300 m2 au sol sur 2 niveaux (R et R1 plus combles). Ce choix aura donc coûté un manque à gagner d’une valeur de 115 000 €. J’ai bien évidemment voté contre.

Roland Toulouse, Conseiller Municipal de l’opposition

Ecrit par